Nous contacter

Le défi de la rentrée : développer l'engagement des collaborateurs !

La pandémie de Covid-19 a généré un sentiment d'isolement et d'insécurité chez beaucoup de collaborateurs. Le risque est un perte de motivation et une baisse de l'efficacité à la fois des individus et des équipes. Plus que jamais, donc, les entreprises doivent trouver des solutions pour développer l'engagement de leurs collaborateurs, malgré le contexte anxiogène qui nous entoure. 

Depuis longtemps, Salesforce a hissé cette préoccupation au sommet de ses priorités. Résultat, élue deuxième au classement 2020 de Great Place to Workl'entreprise se hisse sur le podium des entreprises françaises où il fait bon travailler pour la troisième année consécutive. 

Depuis un an, l’Institut Aristote accompagne une partie de ses collaborateurs dans le programme « Spark yourself and craft your future ». Notre équipe a pu donc découvrir cette entreprise qui place le succès de ses collaborateurs au même niveau que celui de ses clients. 

Chez Salesforce, chacun peut être pleinement soi-même. On peut y vivre les facettes de son identité en appartenant à différents réseaux internes (les « Ohana », terme signifiant « familles » en hawaïen) appelés Equality Groups : Women Network, Outforce, Boldforce, Abilityforce, Asiapacforce, Earthforce... L’entreprise accueille ainsi la diversité et développe l’égalité.

Pour répondre à sa mission d’entreprise, qui est de « rendre le monde meilleur », Salesforce consacre 1% de son capital, 1% de sa technologie et surtout 1% du temps de ses collaborateurs (soit 7 jours par an et par collaborateur payé par l’entreprise) à son programme d’actions « non profit ». Et nous sommes témoins, dans les accompagnements individuels et collectifs que nous réalisons auprès des collaborateurs de Salesforce, de combien ces actions volontaires pour des causes choisies sont constructrices de sens.

La culture de Salesforce est basée sur la confiance et le respect. Une grande autonomie est donnée aux employés : « par exemple, s’est constitué l’an dernier un groupe Mindfulness, explique Véronique Marimon, Chief of Staff chez Salesforce. Son but : proposer des pratiques pour mieux se centrer, mieux respirer, et apprendre à se déstresser. Des exercices extrêmement utiles pour bien travailler ensemble ».

Véronique Marimon souligne aussi la puissance d’un processus extrêmement novateur imaginé par Marc Benioff, le créateur de l’entreprise : le V2MOM (pour « Vision / Valeur / Méthode / Obstacle et Mesure »). Une fois par an, chaque membre de l’entreprise, en commençant par le CEO, écrit sa vision pour la période à venir, comment il va s’y prendre pour la réaliser, avec quelles valeurs et comment les résultats obtenus seront mesurés. Chacun s’aligne avec les autres en prenant la responsabilité de sa contribution personnelle au service du projet collectif.

Résultat ? Plus de 25 % de croissance en 2019 ! 

Et si Salesforce avait créé la nouvelle culture de l’engagement ?

Cultivons notre singularité Précédent
Changer de vie, pour quoi faire ? Suivant